baniere-site-f6ugw.jpg

Problème d’alimentation informatique

Problème d’alimentation informatique

 

Suite à des arrêts réguliers de mon ordinateur de bureau, entraînant la perte des données en cours, j’ai été amené à analyser la situation afin d’apporter une réponse à ce désagrément.

 

Alim2

 

Même si lors du redémarrage il est possible de récupérer certaines notes, cela crée des inconvénients. Les ordinateurs contiennent des éléments essentiels pour assurer le bon fonctionnement, et si l’un d’entre eux vient à subir une défaillance, celui-ci n’est plus fonctionnel. Parmi les principaux composants, nous trouvons :

L’écran.
La carte mère.
Le processeur.
La mémoire RAM[1].
La carte graphique.
L’alimentation secteur.
Le disque dur.

 

À cela, nous pouvons ajouter quelques accessoires supplémentaires comme les CD/DVD/Graveur "y compris Blu-Ray", lecteurs USB et disquettes ainsi que la souris et le clavier. Même si notre ordinateur peut parfaitement évoluer sans l’un de ses auxiliaires, il nous sera d’aucune utilité si nous n’avons pas de souris et de clavier. Mais il démarrera !

Diagnostique :

Pour revenir à mon souci, le symptôme était que depuis quelques temps je rencontrais - sans aucune action de ma part, si ce n’est de l’utiliser - des arrêts inopinés de mon PC. Parfois il repartait de suite, après une action sur le bouton marche ou fonctionnait à nouveau après un certain temps d’arrêt : donc après refroidissement… Dès lors, j’ai pensais à une hausse de température de l’alimentation ou du processeur ! Bien que cette gêne soit apparue en hiver, cela peut se produire dans le cadre d’une utilisation intensive, en milieu confiné, trop chauffé, avec les ventilateurs bloqués ou si le PC est enfermé ! J’opte, dans un premier temps, pour une surchauffe avec mise en sécurité …

Alim PC

Cette première constatation n’est pas suffisante pour établir un jugement précis. Il était utile d’approfondir plus en détail cette appréciation. Après avoir débranché l’alimentation, les câbles de liaison, et avant de tous démonter, j’ai donc ouvert le PC afin d’établir un premier bilan. Histoire de contrôler l’état général des ventilateurs, des cartes et des connexions. Un regard rapide, mais averti, a permis de m’apercevoir que les souffleries tournaient correctement, qu’il n’y avait pas, ou peu, de poussière et que les attaches tenaient bien. Ce qui est déjà pas mal.

 

Je contrôle visuellement l’alimentation, je ne vois - dans un premier temps - rien de problématique. Ensuite, je me suis dit que cela ne pouvait pas venir de la carte mère et du processeur, car il n’y avait pas eu de signe distinctif pendant l’utilisation (écran bleu, etc.). J’effectue un rapide examen interne du PC : R-A-S. Bien que n’évoluant pas dans un environnement enfermé ou poussiéreux, un "léger" coup de soufflette à l’intérieur[2], et c’est reparti. Enfin, c’est ce que je pensai ! Mais après avoir remis en service l’ordinateur, celui-ci ne démarre toujours pas… Cela complique un peu les choses car l’alimentation semble être la cause de mes ennuis !

Dépannage :

Alim

Ayant à portée de main quelques alimentations sur d’ancien PC, dans l’attente d’une future réhabilitation, je démonte celle qui me semble être défectueuse[3], puis je la remplace provisoirement. Une fois ceci fait, je connecte l’essentiel sur la tour, puis j’allume l’ordinateur… Euréka, ça fonctionne ! J’attends qu’il se réinitialise pour voir si tout est OK. Une fois lancé, je prends le temps de l’utiliser pendant quelques jours avant de clôturer cette recherche. Le temps passe et le désagrément semble être solutionné. J’effectue une recherche de compatibilité sur Internet, en tenant compte des caractéristiques techniques de mon alimentation d’origine[4], tout en m’appuyant sur celle en essai, afin de choisir le modèle correspondant à l’architecture de mon ordinateur. Une fois trouvé, commandé et reçu, je l’installe sur mon PC. Quelques semaines ont passé depuis l’intervention et la rédaction de cet article, rien de plus à signaler si ce n’est que cela fonctionne bien.

Conclusion :

L’alimentation d’un ordinateur est un organe fragile pouvant tomber facilement en panne. Sans elle, pas d’informatique ! Elle transforme la tension du secteur (220/230 volts – 50 Hz) pour la restituer dans les formats nécessaires au bon fonctionnement : +3,3V, +5 V, + 12 V, -5V et -12V (selon les standards ATX ou non). Bien qu’ayant un ventilateur interne, prévu pour évacuer l’excédent de chaleur, résultant de cette transformation, une surchauffe peut intervenir. D’où la nécessité de le nettoyer régulièrement. Cependant des pépins peuvent survenir comme, par exemple, des soucis d’allumage ! Dès lors, il convient de choisir un exemplaire ayant les caractéristiques nécessaires pour alimenter l’ordinateur. Pour remplacer celle-ci, rien de plus simple : il suffit d’agir d’une manière procédurière et de ne pas s’embrouiller dans les câbles !

 

Hervé de F6UGW
"Ancien site Internet : 840 lectures."

[1] Random Access Memory (que l'on traduit en français par mémoire à accès direct) ou encore mémoire vive, volatile ou mémoire système.
[2] En prenant soin de ne pas trop souffler sur les ventilateurs, sous peine d’assécher la lubrification (si présent) !
[3] 4 vis cruciformes à l’arrière du PC, en règle générale.

[4] Vérifiez la puissance et la connectique de votre nouvelle alimentation (Compatibilité).

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Restaurer et actualiser un PC

Restaurer et actualiser un PC
Par GOETGHEBEUR Hervé - F6UGW
 

 

Ayant au grenier un PC dont la carte mère était hors d’usage, rendant inutilisable son exploitation, celui-ci méritait bien de retrouver une seconde jeunesse. Il était donc nécessaire de mettre ce dernier en harmonie pour pouvoir continué à s’en servir.

 

Pourquoi dépanner un PC ?

Pourquoi remettre en service un vieil ordinateur, dont plus personne ne veut, qui est inutilisable avec les configurations actuelles, alors qu’il est plus simple de le déposer à la décharge et d’en acquérir un neuf ? Tous simplement parce que justement il est encore possible d’exploiter ces capacités informatiques. Comme par exemple, pour procéder à des essais logiciels. Cette réhabilitation vous permettra d’adapter votre PC avec des composants modernes.

 

PC Radio1 F6UGW

 

Outre la panne, il existe plusieurs raisons pour envisager le reconditionnement. Avec le temps, les ordinateurs finissent par ralentir. Sans doute par une programmation d’usine du BIOS, par l’influence des mises à jour, ou tout simplement par l’évolution des progiciels. Surement un peu des trois ! Celui-ci avait déjà bien vécu avant cette remise en état.

 

La mise en conformité :

Carte mère.

 

 

Avant de me lancer dans l’aventure, je me suis posé la question de savoir si ce dernier disposait des principaux connecteurs (RJ45, prise USB, etc.) avant d’accomplir une recherche de pièces détachées. Une fois ceci fait, il ne me restait plus qu’à prospecter autour de moi, histoire de savoir s’il n’y aurait pas une possibilité de récupérer des pièces d’ordinateurs compatibles avec le mien !

 

 

PC Recycle carte mere

 

 

À la suite de cette investigation, j’ai réussi par trouver des pièces informatiques dans une caisse prévu pour faire le voyage à la déchèterie ! Il ne m’en fallait pas plus pour prendre ce que j’avais besoin dont une carte mère compatible …

 

 

PC Installation

 

À la suite de cet assemblage, après avoir placé les mémoires, et avant d’implanter Windows, j’ai effectué un formatage du disque dur : même si il est préférable de le faire avant (enfin quand cela est possible) ! Une fois ceci fait, je n’avais plus qu’à installer le système d’exploitation de Microsoft[1].

 

 

Configurer d’origine sous Windows XP, dont l’utilisation me suffisait largement, il est maintenant configuré en pentium IV, cadencé à 2,8 GHz sous Windows 7 (32 bits). Ayant retrouvé sa gloire d’antan, Il occupe fièrement une place précieuse dans mon coin radio[2]. Parmi les softwares fonctionnants avec cet agencement, nous trouvons des programmes pour les modes numériques, allant du plus simple aux plus complexes, comme HRDeluxe, DM780… Ou de poursuite des satellites ainsi que Loggers32, N1MM pour ne citer qu’eux ! Sans oublier les logiciels bureautiques et électroniques !

Conclusion :

Ce chapitre sur le recyclage d’un vieux PC, s’arrête ici. J’espère qu’il vous aura permis d’apercevoir les avantages qu’il y a à se projeter dans la restauration d’un ordinateur démodé. Machine de test, installation d’un serveur, ordinateur d’appoint ou tout simplement pour en faire cadeau à un proche, les solutions ne manquent pas !

D’autant plus que l’achat d’un ordinateur représente un coût non négligeable. Réparer un ancien PC, c’est respecter son argent, et le travail qu’on a investi pour pouvoir se l’offrir. Réfléchissez-y avant de jeter le vôtre.

 

Hervé de F6UGW
"Ancien site Internet : 1117 lectures."

 


[1] Cette interface graphique unifiée permet de piloter, et de gérer les différents paramètres et logiciels compatibles avec Windows 7 (version légale en 32/64 bits).
[2] Pour les visiteurs non-initiés, je précise que je suis radioamateur.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Facebook et les radioamateurs.

Facebook

Un outil de communication pour partager du contenu

Par GOETGHEBEUR Hervé, F6UGW

 

Il a fallu plus de 30 ans pour que les radios – traditionnelles ou libres – touchent 50 millions d’utilisateurs, plus de 10 ans à la télévision, 4 ans à Internet, tandis que Facebook[1] – création en 2004 - a conquis plus de 100 millions de membres en moins de 9 mois[2] !

 

Logo Facebook

Destiner à l’ origine pour les personnes désireuses de prolonger, ou de nouer, des relations, les réseaux sociaux ne peuvent plus, de nos jours, être ignorés des radioamateurs. D’ailleurs, les marques des petites, moyennes ou grandes entreprises, ne se sont pas trompées. Si elles veulent toucher un grand nombre de personnes, jeunes ou moins jeunes, c’est là qu’il faut se trouver ! Ces dernières années, le développement de ce support médiatique a connu une croissance rapide.

 

Quand n’est-il pour le radioamateurisme ?

Facebook intègre divers outils de communication, permettant de cibler un large public, et cette force visuelle en a fait le réseau social le plus populaire aujourd’hui. Une association de radioamateurs, peut-être visible sur Internet par le biais d’une page associative ; afin de référencer ses activités - et sur lequel peuvent transiter quelques centaines de personnes - donc, une communauté potentielle de fan peut alors se constituer.

Quel intérêt d’avoir une page Facebook pour les radioamateurs ?

 

Facebook

 

Étant donné le manque de popularités de notre passion auprès des jeunes, mais aussi du grand public, en général – car non générateur de revenus - donc, plus on est présent sur différents canaux publicitaires, plus on a de chance de toucher des personnes différentes : mais aussi d’attirer de futurs amateurs vers nos centres d’intérêts. D’où la nécessité d’être présent sur le réseau social Facebook. Cette Fan Page[3] agira comme un complément d’information.

 

Une page Facebook, permet :

  • D’animer, ou de dynamiser, nos activités de radioamateurs ; surtout si le radio-club ne possède pas de site, ou de blog, Internet permettant de présenter les actualités relatives à la vie associative, de mettre en valeur ses installations, ses équipements, de venter la participation à un salon ou encore à un concours …
  • De promouvoir sa page, ou son blog, Internet.
  • De créer plus facilement des liens d’amitiés, ou de prospections, facilitant l’arrivé de nouveaux partenaires associatifs, ou de membres.
  • D’améliorer son référencement, donc sa popularité.
  • Et bien plus encore !

Tout le monde s’attend – à la suite d’une activité promotionnelle – à trouver un site Internet, un blog ou une page Facebook ! Ne pas y être, pour une association, dénote avec les pratiques actuelles. Généralement, et à la suite d’une action promotionnelle, beaucoup de visiteurs vont aller voir sur Internet, afin d’obtenir de plus amples informations, ou pour y repérer notre présence – site ou blog Internet –, mais aussi de vérifier notre existence sur Facebook (parfois même avant de visiter le site Internet) pour :

  • Mieux découvrir l’association, son état d’esprit, qui transparait d’avantage que sur une plaquette, flyers[4], site Internet.
  • Pour contacter directement l’association, afin d’obtenir des informations complémentaires, etc. ou tout simplement pour s’abonner à la page Facebook du club.

Facebook est un outil qui permet de véhiculer une image – donc de se vendre -, de faire participer ses membres, ses partenaires, afin de créer une fraternité. Par exemple, de nombreuses associations partagent des photos, ou des vidéos relatives aux activités associatives. Facebook reste le réseau social où il faut-être pour apporter une image de modernité.

Comment s’inscrire ?

Facebook offre une nouvelle forme de communication interactive. En créant votre espace associatif, ou personnel, sur ce site, vous pourrez communiquer en permanence avec d’autres interlocuteurs, ou ami (e)s, au travers de messages, de photos et partager – en temps réel - diverses informations. Elles sont alors diffusées sur votre réseau d’ami (e)s (Fan page) en temps réel. Pour vous inscrire, commencez par vous rendre, après avoir lancé votre navigateur Internet, à l’adresse https://www.facebook.com/, le formulaire d’inscription s’affiche sur la page d’accueil.

Procédure :

Facebook InscriptionL’écran d’inscription

  1. Ensuite, et après avoir pris connaissance des conditions d’utilisation, et si vous les acceptez, vous pouvez alors commencer votre inscription.
  2. Complétez vos informations personnelles : identification de l’association, nom, prénom ou votre indicatif, voir même un surnom.
  3. Indiquez votre adresse électronique et sa confirmation : adresse de votre choix ou celui de votre association.
  4. Choisir un mot de passe sécurisé : comportant idéalement plus de huit (8) caractères, dont des chiffres ou signes particuliers, en ne faisant pas référence à des éléments relatifs à votre vie privée (date de naissance).
  5. Entrez votre date de naissance : peut-être utile pour fêter votre anniversaire ou celui de l’association.
  6. Indiquez enfin votre sexe (pour une personne) : si vous souhaitez rencontrer l’âme sœur !
  7. Cliquez sur créer un compte.

Comment se connecter sur Facebook ?

 

 
Facebook   Connexion1Une fois votre enregistrement effectué et validé, vous pouvez alors vous connecter à Facebook à partir de votre ordinateur personnel (ou associatif), mais aussi à partir de votre appareil mobil.
 
Pour se faire, rendez-vous sur la page d’accueil https://fr-fr.facebook.com/, puis remplissez les champs de connexions. Une fois ceci fait, cliquez sur le bouton « Connexion ». Vous êtes à présent connecté sur votre page Facebook.

Que faire en cas de perte du mot de passe ?

Par inadvertance, vous avez oubliez votre mot de passe. Pas de panique ! Peu importe les raisons de cette négligence – connexion irrégulière, nouveau mot de passe, erreur d’identification de compte … - vous avez la possibilité de réinitialiser ce dernier : c’est-à-dire de le changer ! Pour ce faire, cliquez sur le lien « Mot de passe oublié ? », situé juste en dessous du cadre de connexion. Une nouvelle fenêtre s’ouvre pour notifier votre adresse e-mail. Il vous suffit de compléter ce cadre et d’appuyer sur le bouton bleu « Rechercher », de votre compte. Une fois ceci fait, le choix de remise à zéro de votre mot de passe s’offre à vous : SMS ou par e-mail. Suivre et continuer la procédure afin de recevoir votre demande de réinitialisation. Le cas échéant, surveiller vos SMS ou vos e-mails, puis redéfinissez votre nouveau mot de passe.

Comment mieux profiter de Facebook ?

Facebook, affiche diverses informations qui sont placées en fonction des centres d’intérêts personnels des internautes. Donc, déclencher une annonce originale – relatif à la vie associative, pour un radio-club, ou un anniversaire pour un particulier - devient plus facilement réalisable. Il ne reste plus qu’à mettre en avant sa page Facebook – qui est une vitrine - pour recruter d’éventuels fans, donc de potentiels nouveaux membres, mais aussi pour que celle-ci ne sombre pas dans l’anonymat le plus total : comme cela est le cas pour une grande majorité des sites vitrines.

Il convient donc de créer une page en adaptant le contenu en fonction du public visé. Attention, cela est très chronophage ! Car il faut l’animer, le modérer[5] et y poster régulièrement des informations. Donc ne créer pas une page Facebook, si vous ne pouvez pas l’alimenter avec des informations utiles : pour l’abandonner quelques temps après l’avoir créer. Si des fans décident de s’abonner à la page Facebook d’une association – de radioamateurs ou non – ou tout simplement de suivre votre page personnelle, partagez et échangez régulièrement des informations, des conseils, des astuces ou encore des liens Internet d’intérêt général. Éviter de raconter votre vie privée ou vos problèmes, qui vous sont personnel. Au fil du temps, vous vous faîtes connaître, et votre page sera appréciée pour l’apport de connaissance : tout en montrant votre savoir-faire. Peut-être que certaines personnes penseront à votre association, quand ils souhaiteront découvrir plus en détail le radioamateurisme !

Donc, si vous animez correctement votre page Facebook[6], vous pourrez :

  • Fédérer une communauté active et ciblée.
  • Booster gratuitement la visibilité de votre association, de votre page ou blog Internet.
  • Et bien plus encore !
Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont de remarquables outils d’information, permettant d’enrichir nos réussites personnelles, professionnelles ou associatives. Pour retenir ces personnes, il est nécessaire de maintenir son réseau en éveil : donc de fournir des informations pertinentes sur ces activités, ou sur la vie du Club.
Encore faut-il avoir le réflexe de réseau attitude !

Comment promouvoir sa page Facebook ?

Une page Facebook isolée, n’obtiendra aucun résultat satisfaisant. Donc, pour promouvoir sa page, veillez à :

  • Lier votre site, ou blog, Internet avec Facebook ; voir aussi pour partager votre contenu : grâce au bouton « J’aime » ou « partager » votre page.
  • Possibilité de relier votre page Facebook vers d’autres réseaux sociaux, comme : Google Plus, Twitter, YouTube ou Dailymotion…
  • Mentionner sur votre page Facebook, votre adresse e-mail, ainsi que votre site Internet.
  • N’hésitez pas à mettre en avant certains contenus ciblés.
  • Suivre des pages Facebook de qualité, et en relation avec votre activité – radioamateur, science, scientifique, spatiale, technique, etc. – dont certaines finiront peut-être par vous "liker"[7] en retour, et à partager leur contenu : surtout si celui-ci est adapté à votre conduite associative.

De plus, vous pouvez exploiter votre profil Facebook pour valoriser votre différence, pour en faire une force : ce « personal branding[8] », vous permettra de vous faire connaître, d’identifier le potentiel associatif, afin de communiquer différemment. Cette marque personnelle, ne doit pas être considérée comme une pratique marketing, car notre activité est non lucrative, et surtout plus complexe à gérer qu’un simple produit de consommation. Le radioamateurisme est constitué de diverses personnalités, et chaque personne est unique, donc possèdent des identités multiples. Ainsi, vos publications seront beaucoup plus visibles et, par ricochet, seront peut-être partagé vers d’autres destinataires. Mais, il faut que votre identité visuelle véhicule une image positive, est cohérente avec votre activité associative.

 

Article écrit par Hervé G. le 21 Août 2016. Mis en ligne le 21 Août 2016
"Ancien site Internet : 1615 lectures."

[1] C’est-à-dire aimer votre page ou vos informations.
[3]De plus, l’interface de Facebook facilite la mise en œuvre d’une action communicative, par le biais d’une campagne publicitaire ciblée « dite au clic », ou encore par des rémunérations, sur la publicité, au clic : encore appelé Cost Per Clic (CPM), et les possibilités sont alors immenses.
[5]Prospectus, tract annonçant une soirée culturelle, un événement commercial, une rave, etc.
[6]Communauté réunie autour d’un même sujet, permettant de communiquer et d’animer un groupe de passionnés - Fan page - à travers le dialogue et l’échange, favorisant l’entretien de son capital social : plus il y a d’échange, meilleures sera l’image de l’association, ou du radioamateurisme. 
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Statistique de mon site Internet pour juin 2017

Statistique de mon site Internet

Le mois de juin vient de se terminer. C'est l’occasion pour moi de vous faire part d’une statistique au sujet de la fréquentation de mon site f6ugw.fr. Ce n'est pas tous les jours que je distille ce genre d'information. Vous trouverez sur cette page le rapport détaillé de mon site Internet. 

Suivi des visites et des pages vues :

 

Page et visite site f6ugw.fr de juin 2017

 

Le mois de juin 2017 compte plus de 2 500 consultations, pour une moyenne de 83 visites journalières. Pour information, en juin 2016, il n’y avait que 840 connexions pour une moyenne de 28 vues par jour. Tandis que le nombre de pages vues par visiteurs, s’élève à prêt de 22 000 (moyenne de 704 pages). Je suppose que c’est en fonction du nombre de visites et d’un additionnement de clic… Alors que le nombre de pages lu par visite est de 28.

 

Je note également que la fréquentation mensuelle est en constante évolution depuis janvier, avec un pic de plus de 42 000 jonctions en février dernier : représentant plus de 1500 visites quotidiennes … Pour mémoire, en février 2016, il n’y avait que 360 visites, pour une moyenne de 12 vues par jour. Ce qui est pas mal pour un site personnel, dont le but est de valoriser mes activités passionnelles.

Synthèse géographique :

 

Carte de connexion f6ugw.fr

 

La synthèse géographique représente le volume mensuel en provenance de divers pays à travers le monde. Les zones les plus intenses indiquent les régions amenant le plus de visiteurs. En février dernier, la zone couverte se situait plus vers l’Europe. Alors qu’en juin elle est mieux répartie. Mais elle reste variable selon les périodes.

 

 

D’autre comparaison sont possible, comme les origines géographiques, et les conversions par site référent (référencement sur les pages liens de divers sites distants). Je ne vais pas m’étendre plus longuement sur le sujet, afin de ne pas alourdir le contenu de cette présentation. Mon site n’a pas la prétention de rivaliser avec les gros consommateurs de clics, comme les sites médiatiques, etc. mais a pour objectif de présenter mes centres d’intérêt qui tournent autour du radioamateurisme, de l’informatique, de l’astronomie, la radioastronomie, etc.

D’autre page vont venir se greffer dans les jours, ou mois qui viennent, en fonction de mes animations.

 

Article écrit et mis en ligne le 03 juillet 2017.
"Ancien site Internet : 1141 lectures."
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Google Trends

GOOGLE TRENDS

Comment vérifier les tendances du Web ?

Par GOETGHEBEUR Hervé, F6UGW

 

Pour connaitre les tendances du web, une prospection minutieuse peut s’avérer être utile. Cette requête, qui s’effectue selon plusieurs critères bien défini, permet de vérifier le positionnement d’une activité sur Internet. Celle-ci peut très bien se concevoir à partir d’un moteur de recherche ou à l’aide d’outils spécialisés ; la suite Google fournit d’ailleurs un grand choix en la matière. Accessible, pour la plus part, gratuitement ; les préférences de cette suite peuvent être un choix approprié. Comme par exemple Google Trends.

Présentation de Google Trends :

Google Trends, qui a intégré les anciens dispositifs d’analyse statistique de Google Insights, est donc une application spécialisée dans les aptitudes du web. Les ressources d’information, qui sont visible à la suite de cette observation, permettent de découvrir la pertinence d’un mot, ou d’un ensemble de mot, clé sur le Web. Celui-ci présente donc un intérêt judicieux pour qui veut observer et étudier le marché du Web.

Qu’est-ce que Google Trends ?

Lancé par le laboratoire de Google – Google Labs - dont son issue les différentes applications informatiques, que nous utilisons régulièrement, Google Trends délivre certaines informations qui peuvent être utile pour vérifier une information sur Internet. En clair, il favorise – sur une période précise - la connaissance des différents sujets, ou thèmes abordés, qui sont en vogue sur le moteur de recherche Google. Pour mieux comprendre Google Trends, il faut l’utiliser.

Utilisation :

Pour mieux saisir cette évaluation, relatif aux examens de ce sondage, celui-ci indiquent les prédispositions du moment – ou en fonction d’une durée déterminé – et cette visualisation expose la cote de popularité des mots étudiés. Pour enquêter sur ces mots clés à l’aide de Google Trends, cela est très simple. Il suffit de commencer par configurer au minimum un mot mais, pour être plus pertinent dans notre enquête, il est préférable d’en employer plusieurs – Google Trends propose d’ailleurs jusqu'a 5 mots différents - dans une des cases, afin de les comparer entre-eux. Dans le cadre de cet article, j’ai utilisé trois mots bien distincts ayant tous un rapport direct avec la radiocommunication – c’est-à-dire radioamateur, cibiste et radio écouteur – afin d’être en adéquation avec cet interrogation.

 

evolution de la recherche

 

Ensuite, le résultat de cette demande vous est présenté sous la forme d’un tableau, ou les valeurs de cette observation s’effectue sur 100 : Google Trends ne prend pas en compte les volumes de recherches absolues [1].

 

 

Position du curseur de la souris

 

Ainsi, et pour avoir les évaluations de cette démarche, il suffit de positionner le curseur de la souris sur l’emplacement voulu - sur le graphique - pour apercevoir le, ou les, chiffre (s) correspondant (s) à cette recherche.

 

 

 

Les conséquences qui apparaissent, à la suite de cette sollicitation, montrent l’intérêt pour ces mots clés : je vous laisse le plaisir de découvrir par vous-mêmes le fruit de cette production en appliquant les mots, cité en référence ci-dessus, dans Google Trends.

Intérêt géographique ?

 

repartition geographique - France

 

Cette exploration spécifique va créer simultanément une carte mondiale, qui affichera le non des pays, ou sont situées les sollicitations du moment : vous pouvez affiner les effets de votre sondage afin de mieux connaître les populations qui effectuent ces enquêtes. Cependant, cela vous indique aussi d’autres valeurs relatives sur la façon dont ces mots soulignent la stratégie globale du Web.

 

Ainsi, et en cliquant sur la carte de France, ou sur celle correspondante à votre Pays, sur la carte mondiale de ci-dessus, cela ouvre et agrandi une carte nationale permettant de clarifier la portée de cette demande. Générant simultanément un nouveau graphique – d’intérêt régional et local – centrer sur la France, ou le pays de votre choix - afin de cibler une zone plus restreinte.

Vous avez aussi l’opportunité de visualiser les solutions associés à cette répartition géographique – mondial ou française – en sélectionnant un des onglets suivant : radioamateur (courant), cibiste ou radio-écouteur, histoire de voir d’autre valeur.

Recherches associées :

 

recherches associees

 

Si l’aboutissement n’est pas à la hauteur de vos espérances, à la suite de votre première démarche, alors laissez-vous guider par l’option fournie par la fenêtre « recherches associées », qui est localisé juste au dessous de celui concernant la répartition géographique, correspondant à une expansion de ces mots clés.

 

 

Ceci à pour objectif d’épurer le dénouement de votre première ébauche, en ajoutant une variété de nom relatif à votre affectation initiale ; l’issue finale ne pourra être que meilleure.

Enfin, et avant de conclure cette rubrique, vous trouverez ci-dessous, en guise de complément, le produit d’un autre contenu graphique correspondant à la radiocommunication, mais en employant d’autres termes : radioamateur et cibie?

 

Autres recherches

 

 

On constate de suite que l’évolution, de ces centres d’intérêts passionnels, à diminué ces dernières années : tous comme nôtres activités d’ailleurs !

 

 

Conclusion :

Avec cet outil, il nous est possible de comparer plusieurs mots clés différents. Parmi les spécificités avancées par Google Trends nous trouvons – comme pour tout outil généraliste - diverses fonctionnalités d’utilisation qui ne demande qu’à être découverte. Cette application s’avère être redoutable, et utile, pour disséquer le contenu de nos investigations. Cependant, elle reste assez limité lorsque la demande à examinée est trop faible ; car le volume est insuffisant pour afficher les renseignements. Enfin, il est recommandé de bien spécifier son instruction, dès le départ, sinon celle-ci ne sera pas fiable ; d’où l’utilité d’effectuer une comparaison avec plusieurs mots clés.

Ressources associés à cet article:

Google Trends
Google+ Insights
Google lance Insights, un outil de mesure pour Google+
Google Trends sur wikipédia en anglais.
Google Trends sur wikipédia

Rédiger par Hervé G. F6UGW et mis en ligne le 18 août 2014.
"Ancien site Internet : 2535 lectures."

[1] Les données sont normalisées et présentées sur une échelle de 0 à 100.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Championnat de France CW 2021. Je participe ?