baniere-site-f6ugw.jpg

OK – OM DX Contest 2020 - Compte rendu de participation

OK – OM DX Contest 2020
Compte rendu de participation

 

Après avoir participé au CQ WPX et à l’IARU HF, j’ai pris part le week-end du 14/15 novembre 2020 à l’OK-OM DX Contest CW.

 

Pour cette première participation, j’ai opté pour une activité en CW[1] sur 40 mètre. Permettant d’égrener mon nouveau ¼ d’onde 7 MHz. À part l’antenne, j’avais la même installation que pour les autres concours.

Déroulement du concours :

Logo OK OM DX contestJe n’avais pas prévu d’y participer dès les premières heures, mais simplement d’être présent parmi d’autres activités. Il est 16 h 15 (15 h 15 TU) lorsque j’arrive à la station. Ayant choisi d’être actif sur le 7 MHz, je commence par balayer le segment CW de la bande, et je rentre vers 16 h 36 (15 h 36 TU) mon premier QSO. Quelques minutes plus tard, je me positionne sur une fréquence libre afin de lancer des appels. Dès lors, mon trafic s’intensifie et j’enchaine les QSO avec des multiplicateurs. Je stoppe mes émissions vers 18 h 27 (17 h 27 TU). La station ne sera rallumée que le lendemain matin vers 9 h.

Dimanche matin, je me concentre sur les indicatifs des stations que je reçois. Puis vers 12 h (11h TU) je stoppe et clôture ce concours.

Statistiques de trafic :

OK OM DX CW 2020 Score f6ugw

Coté résultat, pas de quoi inquiéter les ténors de la discipline. Mon carnet de trafic me présente un score de 52 QSO, 43 districts (D) contactés pour 2 236 points "Summary" ! Malgré tous, je suis satisfait de cette prestation.

 

 

OK OM DX CW 2020 Districts f6ugw

 

Ce concours n’offre pas la possibilité d’étendre notre trafic vers des stations hors de la République tchèque (OK) et de la Slovaquie (OM) ; y compris les indicatifs spéciaux. Les stations DX, comme la France, ne peuvent contacter que ces pays (indicatifs). Le tableau suivant fait apparaître les "Worked districts".

    

 

 

En toute logique, j’ai généré le compte rendu (format Cabrillo), puis celui-ci a été déposé sur le serveur : (http://okomdx.crk.cz/). Au regard de mon score, je ne battrais pas des records, mais l’essentiel est de participer.

 

Conclusion :

Ce concours s’est déroulé tranquillement, en prenant le soin de faire des comparaisons entre mon antenne GP ¼ d’onde et ma Lévy sur 40 m. Ce parallèle à fait ressortir les bonnes performances de ces deux antennes. En fonction de la propagation, cela peut encore évoluer ! Je compte bien remettre ça l’année prochaine… Enfin si ma disponibilité me le permet.

73 d’Hervé G. F6UGW.

 

Résultats provisoires :

 

Quelques jours après avoir déposé mon compte rendu, je prends connaissances des résultats "non officiel" dans ma catégorie "Single Opérateur 40 m Low (100 watts)". Pour cette première contribution, je me retrouve classé :

                    Europe                  France 
       70eme/95 participants                          4eme             

Je n’étais pas là pour battre des records, mais pour passer un bon moment, tout en me faisant plaisir entre deux. J’espère néanmoins confirmer ce classement provisoire lors de la publication officielle…

73 d’Hervé de F6UGW.
"Ancien site Internet : 70 lectures."

[1] Il existe également une épreuve SSB "OK-OM DX SSB CONTEST"

CQ WW CW 2020 - Compte rendu de participation

CQ WW DX Contest

CQ WW CW 2020

 

Après une participation en 2018[1], j’ai pris part les 28/29 novembre dernier au CQ WW 2020. Cet exercice, qui s’est effectué en mono opérateur depuis ma station personnelle, a eu lieu sur quelques heures.

Cela fait quelques temps que j’égrène mon indicatif dans différents concours[2] (le plus souvent en radiotélégraphie (CW)). Depuis le début, ma station a fortement évolué, d’une simple antenne filaire "Lévy", compléter depuis par diverses antennes verticales[3]. Dans l’ensemble, l’équipement reste le même :

Icom IC-7600 – 100 Watts.
Antenne Lévy de 2x27 m@7m.
GP 40 m + LDG RT600 pour le 20, 15 et 10 m
Un PC (Run + Multi) + logiciel N1MM + Keyer CW… et mes oreilles !
 
 

Station CQ WW CW 2020

 
Comme vous pouvez le voir, cela reste simple, mais c’est largement suffisant pour se faire plaisir ! Ayant à ma disposition une antenne filaire "Lévy" sur 80/40 m, muni de son système d’adaptation des impédances (OM[4]), et une antenne verticale multibande (GP40m), me voilà parti pour quelques heures de présence sur l’air.
 

Déroulement :

ScoreF6UGWWWCW2020Le World Wide amène toujours une ferveur que l’on ne retrouve pas tous les jours en fréquence. Étant de classe mondiale, celui-ci nous fournit des informations différentes des autres concours. La propagation était bien présente le samedi, et satisfaisante le dimanche sur 15 m[5]. Au regard de l’activité solaire du week-end, l’occupation fréquentielle était très soutenue. Ne souhaitant pas participer dès les premières heures, et n’ayant pas d’objectif à atteindre, sauf de faire aussi bien, si non mieux qu’en 2018 (26 496 points), cette action s’est déroulée sans contrainte. Étant accordé avec ma Levy sur le 40 m (7 MHz), je commence par balayer la bande, et rentre mes premiers QSO (en alternance avec ma GP ¼ d’onde 7 MHz). Tout au long du week-end, j’alterne entre les bandes bases et hautes (20, 15 et 10 m). L’association de ma GP 40 m + la LDG RT600, fonctionnent admirablement bien sur ces fréquences. À force de tourner mon VFO, je fini par trouver des fréquences de libre pour lancer quelques CQ. Dès lors, j’enchaîne les QSO et les premiers "Pile-Up" se font entendre…. Ayant remarqué que mon logiciel ne répondait pas correctement à mes sollicitations en mode "RUN et S&P[6]", je prends le temps de vérifier ce dernier. Des commandes installées aux mauvais endroits ! Ayant résolu ce soucis technique, et après quelques QSO, je stoppe provisoirement le concours vers 12 H (11 H Tu). Je retrouve ma station vers 15h. Il est 19 h (18 h Tu) lorsque j’éteins la station pour la soirée. Elle ne sera rallumée dimanche matin vers 9h (08h Tu). Je prends le temps de vérifier quelques paramètres dans le logiciel, puis je reprends mes activités sur le 40 m (7 MHz). Vers 12 h (11 h Tu) je suspends momentanément mon trafic, et regagne ma station vers 14 h (13 h Tu) pour la fin du CQ WW : tout en prenant des pauses entre deux ! Il est 16 h 30 (15 h 30 Tu), lorsque j’accorde pour la première fois du weekend ma Lévy sur le 80 m, et met dans le log quelques indicatifs et multiplicateurs. La journée du dimanche a été plus assidue, avec une augmentation sensible des QSO et des points. Bien qu’ayant encore du temps, je fini tranquillement le concours, vers 19 h (18 h Tu). Dès lors, N1MM me présente un résultat : 289 QSO pour 41 440 points !

 

Statistique de trafic :

 

Le tableau score (ci-dessus) dévoile le nombre de liaisons. Parmi celle-ci, nous trouvons la pluparts des pays européens – Europe de l’Est et de l’Ouest compris – mais aussi les USA, le Canada, l’Afrique, etc. ce qui est déjà très bien au regard de ma contribution (Cf. : Graphique).

BandeZones

 

Les analyses révèlent également les zones contactées en fonction des bandes HF.

 

 

 

Country DXCC

 

 

Un second graphique dévoile les pays (DXCC) contactés en fonction des fréquences.

 

 

 

Après un rapide contrôle, j’extrais le fichier des liaisons puis je l’envoi par Internet au gestionnaire du CQ WW CW.

 

Conclusion :

Fidèle à mon habitude, j’ai mis à profit ce concours pour finaliser quelques réflexions pratiques: antenne, utilisation des bandes, du PC et du logiciel N1MM (paramètres d’utilisation à revoir)… Seul l’antenne Lévy (80/40 m) et ma GP ¼ d’onde 7 MHz fût exploitée. Cette dernière, associée à une boîte d’accord automatique LDG RT600 (au pied de l’antenne) fonctionne très bien sur 20, 15 et 10 m[7]… Confirmant le bon comportement de ces antennes.

73 d’Hervé de F6UGW.

 

Résultats provisoires :

Quelques jours après la fin du concours, je prends connaissances des résultats provisoires pour le CQ WW CW 2020. Finalement, et malgré une contribution sur quelques heures, j’obtiens un classement honorable, mais provisoire, dans les catégories World (Monde), Continent (Europe) et Country (France) : Cf. : tableau de ci-dessous.

Resultat provisoire CQ WW CW 2020

Je gagne quelques places par rapport à 2018. J’espère néanmoins confirmer ce classement temporaire lors de la publication officielle…

 
73 d’Hervé de F6UGW.
"Ancien site Internet : 65 lectures."

 

[1] Team F8KGS en 2019
[2] Tant en club (A2RS – RC F8KGS) qu’en individuel.
[3] Voir la description sur ces pages.
[4] Antenne Lévy + boîte d’accord "F3LG" de construction personnelle.
[5] Selon mes conditions de trafic.
[6] Lancer des appels sur une fréquence (Run) et rechercher des indicatifs et répondre aux appels des concurrents (S&P).
[7] Je l’utilise du 80 au 6 m. Je n’ai pas fait de QSO sur 28 MHz, n’ayant pas remarqué d’ouverture pendant mes heures de présence.
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

CQ WPX CW 2020 & Résultat

 

Après avoir participé à différents concours, tant national, qu’international, dont les récits vous sont présentés sur ces pages, le CQ WPX (créer par la revue américaine "CQ Magazine"[1]) permet de me remettre dans le bain. Ce contest, offre aux participants la possibilité de contacter le maximum de préfixe, constituant les indicatifs des radioamateurs. De quoi passer un bon moment sur les ondes.

 

N’ayant pas eu la possibilité de participer à quelques concours depuis ma participation au championnat de France SSB, essentiellement pour des raisons professionnelles, donc pour me rattraper, j’ai pris part à ce sympathique concours. Pour cette première participation, j’ai opté pour une activité sur la bande des 40 mètres (7 MHz) en CW. Pour ce faire, j’avais l’installation suivante :

Un Icom IC-7600 avec une puissance de 100 watts. Et rien d’autre à côté.
Une antenne filaire "Levy" de 2 x 27 m @7m.
Boite d’accord d’antenne F3LG.
Mon antenne multibande qui était accordée sur 7 MHz (HF2).
Un PC + logiciel (Run + Multi) et Keyer CW… Un manipulateur CW et mes oreilles !

Station CQ WPX

Déroulement du concours :

Final Score de f6ugwIl est 08h30 (06h30 TU) lorsque j’ouvre la porte de mon coin radio. Je prends le temps d’allumer les appareils, puis je m’installe sur mon siège (c’est quand même plus agréable pour faire de la radio). Je n’avais pas prévu d’y participer dès les premières heures. D’autant plus que je n’ai pas d’objectif, si ce n’est celui de passer un bon moment sur l’air. Étant accordé avec la Lévy sur le 40 mètres, je commence par balayer le segment CW de la bande, et je rentre vers 09h09 (07h09 TU) mon premier QSO avec ED1R (Espagne), puis je poursuis en me positionnant sur une fréquence libre afin de lancer des appels. Dès lors, mon trafic s’intensifie et les QSO s’enchainent. Quelques minutes plus tard, je repars à la chasse aux multiplicateurs. Puis je stoppe mes émissions vers 12h23 (10h23 TU) pour rejoindre les couteaux et les fourchettes…

Il est 13h11 (11h11 TU) lorsque je retourne à ma station. Je poursuis mon aventure radiotélégraphique en rentrant dans mon log, G6N (Angleterre), puis j’accroche de nouveaux multiplicateurs. Cependant, l’après-midi fut plus calme que lors des premières heures de la matinée.

Il est presque 19h (17h TU), samedi soir, lorsque j’éteins ma station pour préparer le barbecue. Elle ne sera rallumée que vers 21h (19h TU), et c’est OH0V (Archipel d’Aland en Finlande) qui inaugure cette reprise. Dès lors, je capitalise les QSO, puis vers 21h49 (19h49 TU) je clôture cette première journée avec UR7GO (Ukraine). Bien qu’ayant encore le temps, mais je décide de stopper mes émissions. La station ne sera rallumée que le lendemain matin vers 08h (07h TU).

Dimanche matin, je remarque que la plus part des indicatifs présents sur 40 mètres ont été contactés. Je me concentre alors sur les indicatifs des stations que je reçois. À partir de là, les QSO s’enchaînent. Je prends néanmoins le temps de sortir pour effectuer quelques pauses café sur la terrasse ; tout en profitant du soleil. Histoire de se ressourcer…

Vers 13h (11h TU) je stoppe provisoirement mon trafic, et éteint la station pour le repas dominical.

Je reviens à la station vers 14h (12h TU) pour arrondir les points. Puis, je fini le concours en contactant vers 19h (17h TU), 9A3JH (Croatie). Ensuite, je prends la décision de clôturer mes émissions pour le week-end. Dès lors, mon carnet de trafic me présente un résultat : 203 QSO, 150 préfixes (PFX) contactés pour 60 600 points ! De quoi être satisfait de cette première prestation.

Statistiques de trafic :

 

Le tableau "Summary" (ci-dessus) dévoile le nombre de liaisons et le score final. Bien qu’ayant observé une animation très actives le samedi, en début de matinée, le 7 MHz était bien calme entre la fin de matinée et la fin d’après-midi/début de soirée (Permettant de faire plus de pause). Le 40 mètres étant par définition une fréquence nocturne, mais qui offre la possibilité de faire de sympathique liaison pendant la journée, cela n’a pas été le cas lors du CQ WPX…

Parmi les liaisons, nous trouvons la plupart des pays européens – Europe de l’est et de l’Ouest compris – mais aussi les USA (avec ma Lévy) … Ce qui est déjà très bien pour cette année. Les analyses relèvent également un total de 150 pays multiplicateurs (PFX) contactés et 404 points.

Statistique de f6ugw.  Statistique de f6ugw.  Statistique de f6ugw. 

 

En toute logique, j’ai généré le compte rendu (format Cabrillo), puis - après une petite vérification d’usage, celui-ci a était déposé sur le serveur du CQ WPX pour être vérifié par le correcteur. J’espère faire bonne figure dans ma catégorie (Mono Bande 40 m – Low Power 100 watts "CW"). 

Conclusion :

Ce concours s’est déroulé tranquillement, tout en prenant le temps de vivre entre deux. Après avoir modifié mon coin radio (Disposition des appareils plus modification de mon antenne verticale "HF2"[2]), et une fois installé devant ma station, j’ai pu mesurer le plaisir de la piloter pendant les quelques heures de présence à son bord. Finalement, même si la propagation n’aura pas permis de faire des exploits, pendant les heures ou j’étais actif (± 19 Heures), je me suis fait plaisir pendant ce contest. J’ai pris le temps de comparer les signaux reçus entre la Lévy et ma GP (HF2) sur 40 m. Mais cela peut encore évoluer !

Toujours est-il que je suis enchanté de ce résultat. D’ailleurs, je compte bien remettre ça l’année prochaine… Enfin si ma disponibilité me le permet.

73 d’Hervé G. F6UGW.

Résultats provisoires :

 

Quelques jours après avoir déposé mon compte rendu sur le site Internet du CQ WPX CW, je prends connaissances des résultats provisoires. Finalement, j’obtiens un classement honorable (un de plus !), et pour l’instant non officiel. Pour cette première contribution, je me retrouve classé au niveau mondial 46ème/78 participants dans ma catégorie (Assisted sur 40 m).

 

 World Europe France
45 eme/ 78 participants  32 eme/44 participants  2eme stations française

 

Pour ce qui concerne le classement en France, je me retrouve à la seconde place… C’est très bien pour cette année. Je n’étais pas là pour battre des records, mais pour passer un bon moment, tout en me faisant plaisir entre deux.

Pour cette année, je m’en sors plutôt bien. J’espère néanmoins confirmer ce classement temporaire lors de la publication officielle…

 
73 d’Hervé de F6UGW.
"Ancien site Internet : 259 lectures."

 

[2] Cependant, il reste encore beaucoup à faire.
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

IARU HF World Championship 2020

IARU HF World Championship 2020
Compte rendu de participation
 

N’ayant pas eu la possibilité d’y participer en 2019, je me suis résolu à me rattraper cette année. Après avoir concouru au CQ WPX CW 2020, j’ai décidé de reprendre du service le week-end du 11 et 12 juillet pour l’IARU HF 2020. Cet exercice s’est déroulé en mono opérateur depuis ma station personnelle. Côté équipement, j’avais comme base la même configuration que pour le WPX, mais avec ma GPA30[1] pour les bandes hautes. Pour ce concours, je suis actif qu’en CW. Lors de cette action, j’étais à l’œuvre avec :

Un Icom IC-7600 avec 100 watts. Et rien d’autre à côté.
Une antenne filaire "Levy" de 2 x 27 m @7m.
Une GP "Home Made" configurée pour le 7 MHz@±0,50 m (au sol) sans radian.
Une GPA30 sur 14, 21 et 28 MHz@3 m (au sol) avec ses trois radians.
Boite d’accord d’antenne F3LG.
Un PC pour la gestion (Run + Multi) + Keyer CW… et mes oreilles !
 
Station IARU HF CW 2020
 

En 2018, j’avais réalisé 138 QSO pour 25 608 points avant correction. Cette année, j’espérais faire aussi bien, sinon mieux ! Tout en me faire plaisir et en profitant du WX.

Synthèse des résultats :

Summary Score de F6UGWN’ayant pas d’objectif particulier, si ce n’est de faire sensiblement le même score qu’en 2018, ce concours s’est effectué sans contrainte. Il est 14h (12hTU) lorsque j’allume ma station. Après avoir configuré mon carnet de trafic, je commence par balayer la bande des 20 mètres. Après avoir épinglé quelques QSO, je me positionne sur une fréquence libre afin de lancer quelques appels. Dès lors, les QSO s’enchaînent et le score augmente. Ayant installé ma GPA30, celle-ci fonctionne bien est permet d’accroitre les points sur cette bande. Mon antenne Lévy étant configurée pour les bandes inférieures (40 et 80 mètres). Alors que je ne suis pas (encore) actif sur 160 m.

Je profite de l’avantage que m’offre la GPA30 pour naviguer sur les bandes supérieures (21 et 28 MHz). Cela facilite la chasse aux multiplicateurs, tout en alignant les QSO sur ces fréquences.

TM0HQ2020 Les statsionsIl est 19h30 (17h30 TU), samedi soir, lorsque j’éteins la station pour le repas familiale[2]. Elle ne sera rallumée que le lendemain matin. Vers 06h23 local (04h23 TU), je rentre dans le log I2VXJ (Italie), inaugurant cette seconde partie du concours. J’enchaîne les QSO jusque midi, puis vers 13h40 (11h40 TU) je clôture avec YQ6A (Roumanie). Dès lors, le logiciel me dévoile un résultat temporaire : 174 QSO, 49 HQ, 24 Zones et 414 points pour un score final de 30 222 points… Objectif atteint !

C’est la deuxième fois que je prends part à ce concours depuis ma station, la première remonte à 2018 lors du l’IARU-WRTC avec une belle 2 ème place en France.

 

Statistiques de trafic :

Le tableau Summary révèle les premières informations, et fait ressortir le nombre de QSO et les points. Avec une animation différente, par rapport à la normale, et compte tenu de la propagation du week-end, j’ai observé un rendement correct, sur l’ensemble des bandes utilisables. L’utilisation de ma GPA30, facilite bien les choses sur les bandes supérieures avec un total de 91 QSO (14, 21 et 28 MHz), assurant la valorisation des points. Je n’ai pas exploité ma Lévy sur ces fréquences. Je suis descendu sur le 40 mètres samedi soir vers 17h45 local (15h45 TU), et le 7 MHz était très animé. Permettant d’aligner des QSO et d’arrondir les points. Enfin, pour ce qui concerne la bande des 80 mètres, étant actif uniquement le dimanche matin, vers 06h15 local (04h15 TU), je n’ai réalisé que 17 QSO (11 HQ et 23 points). Le fait de n’avoir pas était présent le samedi soir, se fait ressentir sur le score final !

Finalement, j’ai réussi à tirer mon épingle du jeu en réalisant un total de 30 222 points au compteur (Cf. : Summary).

Statistic IARU HF CW2020 F6UGW

 

Pour ce qui est des QSO avec les stations représentants les associations nationales, une grande partie d’entre elle furent contactés : dont celle représentant la France (TM0HQ). Alors que le plus gros du trafic, station mono-opérateur ou non, fut réalisé avec le continent européen (95,4 %) tandis que les QSO extra-européens représente ± 5 % du trafic. Ce qui est déjà très bien. Les analyses font ressortir un total de 73 multiplicateurs ! La moyenne du nombre de points par QSO est de 2,38. Valeur qui est en cohérence avec l’ensemble des bandes actives (Cf. : Summary). Mais cela peut encore évoluer…

 Statistique IARU HF CW 2020

Fidèle à mon habitude, et après avoir vérifié l’intégrité de mon log, le compte rendu a été envoyé au responsable de l’IARU pour les vérifications d’usage.

Conclusion :

Ayant démarré le concours vers 14 heures locales, les heures de présence à la station sont réduites à quelques heures de trafic (en prenant des poses entre deux). Les conditions d’ensoleillement furent favorable (t= ± 20 à ± 30°), amenant une animation différentes des autres jours, même si l’effet concours apporte toujours une agitation particulière. Néanmoins, cela constitue un bon test pour mes activités futures. Au regard des premiers éléments d’information, disponible sur le site de l’American Radio Relay League "ARRL", j’espère obtenir une place honorable dans ma catégorie ("Low Power" = ± 100 watts).

73 d’Hervé G. F6UGW.

Résultats provisoires :

Quelques jours après le concours, les scores temporaires des compétiteurs sont mis en ligne. Ils doivent encore être examinés par le gestionnaire pour être officiellement validé. Si l’on s’en tient à ce qui est affiché, je fini au général dans ma catégorie (Single operator, unlimited, Low Power de 100 watts, en CW.) :

World Europe France
 254eme/428 participants 158eme/226 participants  3eme/4 participants

Maintenant, si j’examine le classement de l’ensemble des participants français (toutes catégories), je termine 32eme/88 stations françaises. Ce qui n’est pas si mal que ça, compte tenu de mes conditions de participation et de mes heures de présence sur l’air.

 
73 d’Hervé G. F6UGW.
"Ancien site Internet : 235 lectures."

 

[1] Voir mon article sur ce site.
[2] Le temps de préparer le barbecue …
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Présentation de mon logiciel de concours N1MM Logger +

N1MM Logger +
Présentation d’un de mes logiciels de concours
 

N1MM Logger+, et un logiciel gratuit qui permet de gérer un contest. Ce n’est pas un programme pour manager le quotidien d’un radioamateur : comme peut le faire Logger32 ou tant d’autres.

Présentation :

Logo N1MMLogger+

 

Après avoir utilisé un certains nombres d’entre eux, à titre personnel ou au sein d’une association, dont Win-test[1], j’exploite actuellement N1MM Logger +. Qui est un bon logiciel. Mais que fait-il ?

Tailler pour la compétition, N1MM Logger+ permet d’enregistrer nos QSO, de comptabiliser les points, les multiplicateurs, d’établir des statistiques, des graphiques, etc. et prend en charge l’émission automatique des modes SSB, CW et numériques...

Il offre également la possibilité de piloter un grand nombre d’émetteur-récepteur, ainsi qu’un accès au réseau DX Cluster[2]. Sa grande polyvalence, permet de participer à plus de 100 concours[3] ! Afin de satisfaire tout le monde, il est possible de conduire une activité DX, DXPEDITION, DXSATELLITE… Il est fourni avec un manuel d’utilisation, qu’il est bon de pouvoir s’en servir en cas de besoin… Ainsi qu’un accès sur une page "wiki" en ligne[4] (En anglais). Mais les traducteurs en lignes sont vos amis…

Configuration matérielle :

N1MM Logger+, intègre les dernières technologies permettant d’exploiter des PC sous différents processeurs. Il est difficile de définir une configuration minimale, car il fonctionnera dans toutes les circonstances. Cependant, le minimum requis est un PC cadencé à 1,6 GHz. Bien que cela dépend des options du programme, des modes, etc. sélectionnés. Selon les cas, cela risque de ne pas tourner. Le programme lui-même ne demande pas beaucoup de mémoire, mais plus il y en a, mieux c’est : c’est bien connu !

Dont panic

Parmi les systèmes d’exploitation supportés, nous trouvons : Windows Vista, Windows 7, Windows 8 ainsi que Windows 10 sous 32/64 bits. Si vous souhaitez continuer à utiliser N1MM sur Windows XP, sachez que depuis 2014 Microsoft ne fournit plus de support technique… Notez que depuis 2020, il en est de même pour Windows 7. Il ne fonctionne pas (encore) sous Linux[5] … Néanmoins, il existe des softwares adaptés pour cette plateforme.

 

Du côté de la résolution graphique, N1MM Logger+ s’affichera correctement sur l’ensemble des écrans. Ainsi que sur une interface graphique de 1024 x 728 (SVGA) ou de 1366 x 768 (720P). Évolution technologique oblige, de nombreux radioamateurs utilisent des résolutions supérieures avec des écrans doubles. Voire sur des résolutions verticales inférieures à 768 pixels (netbooks) : toutefois, plusieurs fenêtres ne seront pas visibles…  

Pour ce qui concerne l’émission de la SSB, CW ou des modes numériques (FLDIGI, MMTTY…), le SO2R, etc., le contrôle peut intervenir via des ports "séries" ou via un adaptateur USB/Série. Winkeyer de K1EL offre une excellente solution en CW (d’après la documentation), mais je ne l’utilise pas. Dans certains cas, des ports séries supplémentaires peuvent être nécessaire. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la section interfaçage présent sur la page de l’auteur.

Installation :

N1MM F6UGWCommencer d’abord par télécharger la version "Full Install", qui est disponible à l’adresse suivante : https://n1mmwp.hamdocs.com/ (Download/Program Files/Full Install). Ensuite descendre la dernière version du programme en cliquant sur le lien :"To DOWNLOAD the Full Install file click here." Puis installez-le. N1MM Logger+ s’installe en adoptant le sens conventionnel de Windows, notamment pour ce qui est des emplacements de fichiers. Cette installation s’effectue par défaut suivant le chemin indiqué par le programme d’installation : C:\ Program Files pour les systèmes 32 bits et C:\Program File (X86) pour les systèmes 64 bits. Rien de bien compliqué, si vous êtes familiers avec ce genre de procédure. Il est tout à fait possible d’indiquer un autre chemin, mais il est préférable d’accepter les emplacements par défaut[6]. Une fois que vous avez installé N1MM Logger+ sur votre ordinateur, ne l’utiliser pas tout de suite, car un certains nombres de correctifs ont été appliqués depuis cette première version. Téléchargez la dernière mise à jour qui est disponible sur les onglets : Download/Program Files/Latest Update Files/. Puis installez-là[7].

Note : La maintenance et la mise à jour des fichiers s’exécutent régulièrement. Cette procédure de remplacement et d’installation s’effectuent automatiquement. Cependant, pour une première utilisation il est préférable d’agir selon la procédure décrite ci-dessus.

N1MM Log de F6UGW

Exemple de configuration d’écran

Conclusion :

Cette présentation réunit l’essentiel pour un premier usage. Les informations peuvent évoluer au fil des jours. Étant en constante évolution, et l’utilisant couramment, celui-ci m’apporte une aide précieuse dans la gestion d’un concours. Bien que procédurier, comme toutes les applications de ce genre, N1MM Logger+ est agréable à utiliser, et est même très souple dans sa manière de conduire les concours. Tout est accessible en un clic de souris ! Au regard de ce qui se fait, le choix n’est pas évident à faire. Mais N1MM Logger+ représente un bon choix pour votre contest.

73 d’Hervé de F6UGW

 

[2] Réseau d’information des liaisons effectuées par les radioamateurs.
[5] Il peut être utilisable sous Linux avec le logiciel WINE (Logiciel libre).
[7] Dans certains cas, il peut être souhaitable d’éteindre le PC puis de le rallumer avant de poursuivre.
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Championnat de France CW 2021. Je participe ?